Jardinage : les points à voir avant de se lancer

Pour réussir le jardinage sur le long terme, il y a quelques règles simples. Notamment en ce qui concerne la nature et l’entretien du sol. Le plus important de tous porte sur la qualité du sol et ses caractéristiques. Chaque sol est différent. Ce qui veut dire que certains végétaux pousseront mieux que d’autres sur un terrain donné. C’est en prenant conscience de cela que vous pourrez avoir un beau jardin.

La composition principale du sol

Le jardinage en ligne devis inclut les principaux travaux que demande un client. En revanche, une fois arrivé sur les lieux, le jardinier professionnel fera encore une analyse du sol pour déterminer les caractéristiques de celui-ci. En général, celui-ci se compose de 4 éléments principaux. Il y a le calcaire, l’argile, le sable et l’humus. Le sol peut être principalement riche de l’un de ses composants. Il sera alors soitsableux, soitcalcaire, soit argileux ou humifère.

A lire aussi : Quels sont les matériaux à privilégier pour la pose d’un châssis?

Une terre bien équilibrée donne un sol comportant 20 % d’argile, 65 % de sable, 10 % de calcaire et 5 % d’humus. Cette composition forme ce qui s’appelle de la terre franche. C’est la composition idéale pour cultiver et planter des végétaux. Pour assurer le bon développement des végétaux, le sol a aussi besoin de quatre autres éléments chimiques dont l’azote, la potasse et le phosphore. Pour atténuer les inconvénients d’un sol, le jardinier réalise un amendement du sol.

Les différents types de sols

Le type de sol dans votre jardin va définir le type de plante et les interventions à faire avant de faire pousser quoi que ce soit dessus.

Cela peut vous intéresser : Comment bien choisir son plafonnier ?

Le sol limoneux

Un sol est riche en limon lorsque celui-ci est présent à hauteur de 35 % dans la terre. Tout comme le sol argileux, il se tasse une fois en contact avec de l’eau. Néanmoins, sa rétention en eau est moyenne.

Le sol argileux

C’est un sol qui contient 40 % d’argile. Il est lourd, compact et collant. C’est un sol imperméable et donc collant. Il a un grand pouvoir pour retenir l’eau. D’ailleurs, il est laborieux à travailler durant après chaque passage de la pluie. Pour éviter le tassement de la terre, le mieux sera de ne pas le piétiner lorsqu’il est humide.

Après la période des pluies, le sol argileux devient sec. Il se fendille pour se réchauffer légèrement une fois l’arrivée du printemps. Afin de modifier sa structure, la réalisation d’un amendement est nécessaire.

Le sol sableux

Il s’agit d’un sol dont la composition comprend 60 % de sable. C’est un sol de nature sec qui laisse passer l’eau. Il est de nature pauvre étant donné qu’il ne peut conserver aucun élément nutritif. Il est poreux et léger. Ce type de sol a tendance à se réchauffer légèrement au cours des périodes de grande chaleur. En revanche, contrairement à d’autres types de sols, c’est le plus facile à travailler.

Le sol humifère

C’est un sol qui est riche en matière organique et humus. Il est perméable et a un bon degré de conservation de l’eau. Sa composition le rend proche de la terre franche, il est l’idéal pour de nombreuses plantes.

Le sol calcaire

C’est un sol qui se caractérise par sa sècheresse, car elle ne retient pas du tout l’eau. De ce fait, les cailloux remontent facilement à la surface du sol. En général, il est facile à travailler.