Les conséquences d’un manque de sommeil sur le poids

C’est bien connu, le sommeil joue un rôle important dans le bon fonctionnement de l’ensemble des systèmes organiques de l’homme. Bien dormir participe, entre autres, à la maturation cérébrale, à la régulation de l’humeur et à assurer une bonne qualité de mémoire. De nos jours, le temps consacré au sommeil diminue surtout pour les adolescents. Plusieurs raisons peuvent expliquer cela, mais il convient de savoir que ce déficit a des effets néfastes sur la santé. Il constitue un véritable problème, notamment dans la prise de poids. Voici les répercussions du manque de sommeil sur le poids.

Diminution de l’hormone de croissance

Pendant la nuit, il y a une forte sécrétion de l’hormone de croissance durant les 2 et 3 premières heures de sommeil. Cette molécule qui assure essentiellement le développement chez l’enfant, intervient également dans la régulation de la masse grasse chez l’adolescent et l’adulte. Il faut savoir que le manque de sommeil affaiblit la production de cette hormone de croissance. Cela induit un défaut du contrôle de gain de poids. Il est donc important de maintenir un bon rythme de sommeil pour éviter ce trouble hormonal. Pour ce faire, vous devez adopter de bonnes habitudes qui vous faciliteront un sommeil de qualité. Si, par exemple, il se trouve qu’entre-temps, vous avez pris de poids, vous pouvez adopter un matelas pour personne forte.

Dans le meme genre : Les attrape-rêves pour chasser les démons de nos nuits

Vous l’ignorez sans doute, mais parmi les causes pouvant justifier le manque de sommeil, figurent en effet les mauvaises conditions de couchage. Comme autre illustration, il y a le fait de dormir sur un matelas pas assez respirant.

Altération du contrôle d’appétit

Le manque de sommeil a également un impact sur les hormones régulatrices de l’état de satiété. En effet, dormir peu réduit la production de leptine dans votre organisme. C’est une molécule connue pour son action dans la normalisation (réduction) de l’appétit. Lorsque le taux de cette hormone anorexique diminue, il y aura une augmentation de la sensation de faim et le désir de manger. Ce phénomène s’explique à ce moment-là par la sécrétion de la ghréline. Il s’agit d’une autre hormone qui, contrairement à la leptine, stimule l’appétit en activant la dopamine. C’est pour cela qu’elle est encore appelée hormone de l’appétit. Par ailleurs, il faut noter que la réduction du temps de sommeil augmente le taux de cortisol. C’est une hormone du stress qui augmente l’appétit et le désir de manger, notamment les produits sucrés.

A lire également : L'importance de bien étirer sa colonne vertébrale

Multiplication des occasions de s’alimenter

Lorsque le sommeil devient de courte durée, le nombre de repas par jour augmente. Généralement, à moins d’être occupé par le travail, vous passez une grande partie de votre temps d’éveil devant la TV ou votre smartphone. C’est une attitude qui vous pousse davantage à manger, avec quelquefois des images publicitaires qui vous incitent à manger fast-food et sucreries. Ce type d’aliment est connu comme particulièrement mauvais pour la santé (alimentation à forte teneur en sucre et en graisse). Un tel apport calorique constitue un facteur qui conduit au surpoids.

La meilleure manière de réduire votre fréquence d’alimentation journalière consiste à augmenter vos heures de sommeil. Vous devez éviter au maximum de rester éveillé longtemps dans la nuit. Il est conseillé de créer un environnement favorable qui puisse vous aider à mieux dormir. Vous pourriez, par exemple, vous procurer un matelas à ressorts ou matelas latex, selon vos besoins et vos choix afin d’avoir plus de confort au coucher. Évitez également la lumière bleue des écrans avant de vous coucher, car cela constitue un facteur d’insomnie.

Augmentation de la sédentarité

Un sommeil insuffisant vous expose sans cesse à la fatigue. Un tel état de fatigue vous poussera dans la sédentarité, avec une diminution progressive de vos performances physiques. En effet, les muscles du corps ont constamment besoin de récupération pour être mobilisés dans des activités physiques. Or, il est bien connu que le sommeil favorise cette régénération musculaire. Lorsque vous ne dormez pas assez, vous manquez d’énergie pour faire des exercices. Cette baisse de l’activité physique impacte le métabolisme, ce qui se traduit par une mise en réserve des calories. C’est un phénomène qui vous fait acquérir un surplus de poids.

Il faut noter qu’en vous efforçant de faire des activités physiques, vous améliorez la qualité de votre sommeil et évitez ainsi la sédentarité. Optez pour des exercices qui mettent en action tous les muscles de votre corps et sollicitent vos capacités respiratoires. Ceci favorise une meilleure entrée d’air dans les poumons et vous évite des risques d’apnée de sommeil.

Mobilisation et stockage des calories par l’organisme

Le système organique considère le déficit de sommeil comme une agression. Généralement, lorsque votre corps subit un stress émotionnel ou physique, l’organisme économise de l’énergie. Cette provision se manifeste par le stockage au maximum des calories. Cela donne parfois lieu à un déséquilibre énergétique parce qu’il y a moins d’énergie dépensée que d’énergie assimilée. Il faut savoir que ce phénomène est l’une des causes fondamentales de la prise de poids.

Diminution de la sensibilité à l’insuline

Le manque de sommeil agit également sur la sensibilité à l’insuline, en rendant le sujet résistant à cette hormone. La sensibilité est la manière dont réagissent les cellules adipeuses face à cette substance. Lorsque celle-ci est normale, il y a une consommation efficace de glucose sanguin. Ce qui a pour conséquence de favoriser une glycémie stable. Une mauvaise sensibilité empêche la mobilisation des nutriments. Ceci conduit au stockage de l’énergie des aliments sous forme de graisse.

 

Ce qu’il faut retenir, c’est que l’insuffisance de sommeil constitue un véritable problème de santé. Avec toutes les conséquences métaboliques, hormonales ou génétiques qui l’accompagnent, cela favorise l’augmentation de la masse corporelle (avec un mauvais indice de graisse corporelle). Dans ces conditions, il convient de bien dormir pour limiter les risques d’obésité.